Nouvelles

Le match des tendances : lesquelles saisir et lesquelles laisser tomber

14 mars 2022

Le match des tendances : lesquelles saisir et lesquelles laisser tomber

2021 a été une année charnière pour le marketing numérique et c’est la preuve que le Web évolue vite, si vite qu’il est parfois difficile pour les entreprises de savoir où elles en sont.

En 2022, les tendances marketing ont pris l’allure de vrais phénomènes. Lesquelles vont flétrir et lesquelles vont se cristalliser? On peut se poser plusieurs questions et en voici quelques-unes sur lesquelles il est important de statuer.

J’ai manqué le virage numérique durant la pandémie, est-ce que ça vaut encore la peine d’investir?

Les consommateurs ont été forcés de changer leurs habitudes de consommation ces 2 dernières années et d’en développer de nouvelles. Durant la pandémie, le taux de pénétration du commerce électronique a connu une croissance de 36 %, c’est-à-dire deux fois plus élevée que la période précédente. Et cette tendance n’est pas sur le point de s’essouffler, car on estime que le commerce électronique générera quelque chose comme 40 milliards $ US de revenu au Canada en 2025. C’est pourquoi il est important que les entreprises — petites et grandes — développent leur entonnoir de conversion pour profiter de cette situation.

La manière d’entrer en contact avec les consommateurs se fait de plus en plus par l’entremise du Web. Par exemple, un utilisateur de Facebook interagit en moyenne avec plus de 12 annonces publicitaires par mois. Une portion grandissante des intentions d’achat est stimulée à travers des plateformes de contenu comme Instagram à travers laquelle 90 % des utilisateurs prennent au moins une action lorsqu’ils sont exposés à un produit.

Je suis sur les réseaux sociaux, mais je ne génère pas de ventes, c’est quoi mon problème?

Il ne suffit pas de simplement afficher un produit sur les médias sociaux pour générer des ventes. Le format et le contenu sont de plus en plus importants, puisque 86 % des utilisateurs d’Instagram sont plus susceptibles de s’intéresser à un produit s’il est « intéressant à partager ».

De plus, les Instagram Stories sont maintenant le nerf de la guerre sur cette plateforme, car plus de 50 % des acheteurs ont visité un site Web transactionnel après avoir vu une Instagram Story. Il est donc essentiel que la présentation de ce produit et sa mise en marché soient développées en priorité pour le Web.

La portée organique des plateformes sociales, ça existe encore?

 

Jetons un coup d’œil sur le graphique ci-haut. La source de revenu principale des médias sociaux est la publicité. Les Facebook, Instagram et compagnie réduisent donc considérablement le pourcentage de portée organique atteignable pour inciter les entreprises à acheter de la pub ou à amplifier leurs publications.

Par exemple, sur Facebook, c’est maintenant moins de 0,5 % de vos abonnés qui voient vos publications de manière organique.

Comme une entreprise donnée est en compétition avec plus de 200 millions d’entreprises dans le monde, il est primordial d’investir en média pour obtenir la visibilité Web et les revenus convoités. La bonne nouvelle, c’est que les plateformes Web sont parmi les moins chères. Après tout, il est difficile de trouver un CPM qui se situe en bas de 5 $.

Alors, mon nombre d’abonnés Facebook, c’est important ou pas?

Ceci annonce la fin des campagnes d’acquisition d’abonnés sur les médias sociaux, puisque la différence de visibilité organique entre 500 abonnés et 50 000 abonnés est minime. Pour rejoindre le plus grand nombre de personnes, l’amplification demeure la clé!

Que faire avec mon entonnoir de conversion sans mes pixels?

En mars 2021, Apple a décidé de réduire au maximum l’utilisation des fichiers témoins — les fameux cookies — par des tiers sur ses navigateurs Web. Cette situation a bouleversé la manière dont les utilisateurs sont normalement ciblés avec de la publicité.

62 % des utilisateurs d’iPhone (donc 30 % du marché) ont décidé de ne plus se faire suivre par un cookie. Sur les médias sociaux, des entonnoirs de conversion ont dû être complètement reconstruits. Les achats de bannières programmatiques ont aussi été handicapés, car les audiences majeures étaient intimement liées à des comportements suivis par cookies.

Ce phénomène se poursuit en 2022 avec Google et Microsoft qui sont sur le point de livrer eux aussi une guerre aux cookies. C’est pourquoi l’acquisition de données tierces telles que des courriels est primordiale dans la stratégie d’une entreprise pour permettre un ciblage efficace.

En utilisant les données qui lui appartiennent, une entreprise peut encore rejoindre des marchés similaires à ceux occupés par ses acheteurs existants. L’achat contextuel redevient aussi de plus en plus populaire et les insertions médias éditoriales sont une autre manière de bien utiliser les outils dont nous disposons.

Je devrais diffuser des photos ou de la vidéo?

C’est un fait, les gens préfèrent de plus en plus le contenu vidéo au contenu photo. Et comme 85 % des utilisateurs préfèrent le contenu vidéo aux autres types de contenu, Facebook et Instagram lui ont ouvert la voie avec une dizaine de nouveaux formats, dont les Reels et les vidéos verticales.

Il est toutefois surprenant de voir que seulement 35 % des spécialistes en marketing utilisent ces formats. Opportunité? On la sent! Sans toutefois délaisser le contenu photo, il est primordial pour les entreprises d’utiliser la vidéo dans leur stratégie de contenu pour les médias sociaux.

TikTok, c’est une mode ou j’embarque?

TikTok est populaire en ce moment. Très populaire même et cet engouement ne semble pas prêt de s’estomper.

Côté « comportement utilisateur », on constate que plus de 15 % de la génération Y et 36 % des utilisateurs de la génération Z ont fait un achat basé sur ce qu’ils ont vu sur TikTok. Les industries clés pour la plateforme sont :

  • le sport et la mise en forme;
  • les rénovations et le DIY;
  • la beauté et la mode.

TikTok n’est donc pas qu’une mode, mais un nouveau mode de communication rentable chez les 34 ans et moins. Son algorithme est aussi extrêmement centré sur les préférences des utilisateurs et son taux d’engagement moyen dépasse 15 %, ce qui permet aux entreprises de rejoindre efficacement leurs marchés si leur contenu organique est bien ficelé.

Saisir les bonnes tendances pour accroitre ses parts de marché

Certaines tendances ne font que passer alors d’autres arrivent comme un cheveu sur la soupe, perturbent le marché et restent avec nous des années durant. Le Web est accessible à tous et il est important pour les entreprises — quels que soient leur âge, leur domaine ou leur marché — de saisir les bonnes opportunités. Maintenant, à votre tour de jouer!

 

Sources :

https://www.emarketer.com/content/canada-households-pay-tv-2022
https://jasonburlin.com/how-to-use-facebook-ads-to-accelerate-your-organic-reach/
https://www.searchenginejournal.com/top-social-media-statistics/418826/#close
https://www.searchenginejournal.com/expert-social-predictions/425319/
https://www.statista.com/statistics/256896/frequency-with-which-us-internet-users-visit-youtube/
https://www.statista.com/topics/2728/e-commerce-in-canada/#dossierKeyfigures
https://techcrunch.com/2020/08/24/covid-19-pandemic-accelerated-shift-to-e-commerce-by-5-years-new-report-says/?guccounter=1
https://www.numerator.com/resources/blog/impact-covid-19-consumer-behavior