Nouvelles

Qu’est-ce que la rédaction SEO?

23 septembre 2021

Ce n’est plus un secret pour personne : pour être classé dans les moteurs de recherche comme celui de Google, il est essentiel d’avoir un contenu de qualité.

Cela dit, de nos jours, produire du contenu de qualité ne suffit plus. Malheureusement…

Désormais, pour que votre contenu soit classé, il doit également être optimisé pour les moteurs de recherche…

« Optimiser son contenu pour les moteurs de recherche. » Qu’est-ce que ça veut dire et comment fait-on?

Regardons ça d’un peu plus près sous l’angle de la rédaction SEO.

La rédaction SEO : un aperçu

La rédaction SEO est le processus de planification, de création et d’optimisation du contenu dans le but principal de se classer dans les moteurs de recherche.

La rédaction SEO repose sur certains principes bien définis, que nous allons survoler ensemble.

La rédaction SEO : un processus créatif réfléchi

La rédaction SEO est à la fois une prose et un processus en soi. Évidemment, il existe des étapes bien définies que les rédacteurs et créateurs de contenu doivent suivre pour produire un texte SEO qui se respecte.

Fini le temps où on pouvait écrire librement. Désormais, il faut garder à l’esprit notre lecteur (bien sûr) ET les robots de Google. Eh oui! L’humain et la machine.

L’optimisation des métadonnées 

L’un des éléments les plus importants de la rédaction SEO est probablement la maîtrise des métadonnées : les balises titres, métadescriptions et alt.

Les métadonnées sont un signal pour les moteurs de recherche : elles permettent de « raconter » à Google, DuckDuckGo et compagnie l’histoire de votre contenu et la façon dont il doit être présenté et interprété dans les résultats de recherche (SERP).

L’optimisation des balises titres

La balise titre est le lien bleu qu’on voit lorsqu’on tape une requête dans un moteur de recherche, par exemple : « restaurant italien Montréal ». C’est sur elle qu’on clique pour accéder à un site Web.

Une bonne technique consiste à n’utiliser qu’une seule balise titre par page. Votre objectif : essayez d’y inclure un mot-clé primaire ciblé. Par exemple, si vous êtes un restaurant italien et que vous êtes situé à Montréal, vous voudrez probablement écrire quelque chose comme : « Restaurant Nonna |Fine cuisine italienne à Montréal ».

Même si John Mueller de Google a récemment révélé qu’il n’y avait réellement aucune limite à la longueur d’une balise titre, limitez-la à 70 caractères ou moins. On vous dit 70 « caractères », mais la vraie mesure est plutôt en « pixels », car, sur le Web, la lettre « o » n’occupe pas le même espace que la lettre « i », par exemple. Mais gardons ça simple et parlons en caractères.

« Mais pourquoi ne pas la bourrer de mots-clés et rédiger une balise titre de 300 caractères si Google nous laisse libre de le faire? », demandez-vous? La réponse est bien simple : tout texte plus long que 70 caractères (approximativement) ne s’affichera pas sur iPhone, iPad ou le bon vieux Mac et sera remplacé par « … », rendant vos efforts inutiles.

L’optimisation des métadescriptions

Passons à notre deuxième élément de métadonnée : la métadescription — la suite d’environ 150 caractères qui apparait en dessous de la balise titre dans les moteurs de recherche.

La métadescription n’est pas un facteur de classement SEO en soit. Alors, pourquoi est-elle importante? La métadescription sert à séduire l’internaute. C’est votre vendeur et c’est elle qui incite au clic. Plus ce court texte publicitaire est bien rédigé et plus il « titille » l’internaute, plus grandes seront les chances qu’il clique sur votre balise titre.

Reprenons notre restaurant italien. Sa métadescription pourrait ressembler à ça : « Dégustez une cuisine italienne authentique et savoureuse, comme celle de nonna, dans une ambiance chaleureuse. Service rapide et prix abordables. »

Bien sûr, on aurait pu écrire cette métadescription d’une centaine de façons, et peut-être allez-vous penser à une métadescription encore meilleure que celle-ci. Si c’est le cas, vous êtes un marketer né!

L’optimisation des balises alt

Les balises alt servent à nommer les images que vous ajoutez à votre contenu. Elles sont surtout très utiles auprès des personnes malvoyantes ou non voyantes qui utilisent des lecteurs de texte pour lire le contenu d’une page Web.

Mais les balises alt sont aussi utiles pour le SEO, car elles permettent de décrire vos images aux moteurs de recherche. En optimisant les balises alt de votre site, les Google et compagnie vont comprendre que votre image est pertinente et logique par rapport aux mots-clés utilisés. Les balises alt permettent aussi de vous classer dans la catégorie « images » des moteurs de recherche.

Ici encore, vous devez utiliser un langage descriptif qui correspond étroitement à l’image. Si votre image représente un plat de pâtes aux crevettes, votre balise ressemblera à quelque chose comme « fettucines aux crevettes avec sauce rosée ».

Les balises Hn : la rédaction SEO continue

En rédaction SEO, la structure est importante et passe en grande partie par les balises Hn de votre contenu. En-têtes, sous-en-têtes et sous-sous-en-têtes — ces éléments sont tous des balises Hn et représentent le squelette de votre contenu.

D’un point de vue structurel, les balises Hn permettent d’organiser votre texte et donnent aux lecteurs un aperçu général de votre sujet.

Aux yeux des moteurs de recherche, cependant, les balises Hn sont également des éléments clés du code HTML qui signalent le sujet dont il est question. Des balises Hn appropriées permettent donc aux robots d’exploration — les fameux robot.txt — d’analyser rapidement votre page et de l’indexer correctement dans les SERP.

Les balises Hn — qui commencent à H1 et défilent jusqu’à H7 — sont simples à structurer, car elles suivent un ordre décroissant, un peu comme une table des matières :

  • H1 : le titre de votre page (n’en utilisez qu’un seul);
  • H2 : les points essentiels ou les sujets de votre contenu (autant que nécessaire);
  • H3 : les sous-thèmes qui s’insèrent sous les H2;
  • H4 + : tout ce qui dépasse H4 est rarement utilisé, mais la plupart des éditeurs de texte vont quand même jusqu’à H7.

L’important est de structurer votre contenu de manière logique et intelligible pour le lecteur. Oui, vous devez penser aux robots de Google qui vont crawler votre site, mais vous devez d’abord et avant tout penser à l’humain qui lira votre contenu. Content is king à ce qu’on dit, mais votre lecteur doit demeurer au centre de vos préoccupations, même lorsqu’on parle de SEO. Rendez-lui la tâche facile et, espérons-le, ce dernier vous rendra la pareille en vous donnant un clic là où vous le voulez!

Un mot sur la réoptimisation de votre contenu

Une fois votre contenu rédigé, bien structuré et diffusé sur votre site, votre travail ne s’arrête pas là. Eh non. Le SEO demande une vigie constante, car pendant que vous écrivez un article sur « comment préparer la meilleure recette de fettucines aux crevettes avec sauce rosée » quelqu’un d’autre en France ou ailleurs pourrait très bien être en train d’écrire le même article, mais en mieux.

Comment vous vous l’imaginez, cela peut rapidement devenir une course contre la montre pour obtenir le meilleur positionnement possible.

Que pouvez-vous faire, alors?

L’un des moyens les plus simples d’augmenter le trafic et d’améliorer ou de conserver votre classement dans les moteurs de recherche consiste à commencer avec un contenu existant qui fonctionne déjà assez bien. Ensuite, apportez des modifications mineures au fil du temps, comme l’ajout de quelques paragraphes supplémentaires ou la restructuration des balises Hn pour les rendre plus claires, par exemple.

Si vous êtes le restaurant Nonna et que vous désirez améliorer votre positionnement sur « comment préparer la meilleure recette de fettucines aux crevettes avec sauce rosée », vous devez immanquablement taper cette requête dans Google et voir ce qui sort en première page. Votre objectif : présenter un contenu semblable — car c’est lui qui est actuellement valorisé par les moteurs de recherche — et le bonifier pour le rendre encore plus complet!

Google veut essentiellement 2 choses :

  • un contenu complet (le plus complet possible)…
  • qui répond à l’intention de recherche de l’internaute.

That’s it!

Bien sûr, il y a probablement des millions et des millions de pages qui se positionnent sur cette requête. Faire sa place en tête des résultats sur une requête aussi générique n’est pas toujours facile. Pour tirer votre épingle du jeu, rabattez-vous sur les termes de longue traine, qui ont un volume de recherche plus faible, mais qui sont des requêtes plus spécifiques.

Pensez à « soulier bleu » versus « soulier bleu en cuir pour homme ». Il sera beaucoup plus facile de se positionner sur la deuxième requête que la première.

10 conseils de rédaction SEO

1. N’écrivez pas pour vous-même, mais pour votre public cible.

2. Imitez le langage et la voix de votre public, qu’il s’agisse d’un langage formel à la troisième personne ou d’un ton conversationnel à la deuxième personne.

3. Incluez vos mots-clés là où ils auront le plus d’impact : métadonnées, balises Hn et texte d’ancrage.

4. Utilisez des paragraphes courts de quelques phrases seulement.

5. Laissez stratégiquement des espaces blancs pour que les lecteurs puissent parcourir le contenu d’un coup d’œil.

6. Créez des liens externes uniquement avec des sites réputés dont les scores d’autorité de domaine sont élevés.

7. Créez des liens internes strictement lorsque c’est pertinent, et non pas vers chaque article de blogue connexe.

8. Incluez autant de données que possible pour étayer vos affirmations.

9. Incorporez des images pertinentes afin que les éléments visuels puissent compléter votre récit.

10. Écrivez autant qu’il le faut pour couvrir le sujet de manière exhaustive (ne visez pas un nombre de mots arbitraire, traitez plutôt le sujet de la manière la plus complète possible).

Impossible de se passer de la rédaction SEO de nos jours

D’après plusieurs études sectorielles, il faut environ 100 jours au minimum pour qu’un contenu arrive à maturité. Dans ce cas, le terme « mature » désigne le temps nécessaire à Google pour classer définitivement votre page dans les SERP. Avant ces 100 jours, votre classement fluctuera beaucoup, apparaissant parfois en page 1, d’autres jours tombant en page 2.

Dans les coulisses, Google vérifie si votre contenu a de l’endurance et s’il a suffisamment de valeur pour rester en page 1. Si, après une centaine de jours, votre contenu est bien classé, il le restera probablement… jusqu’à ce qu’un concurrent rédige un meilleur contenu et dépasse le vôtre.

« Pas facile la rédaction SEO! », dites-vous. Et vous avez bien raison. Mais c’est pour ça qu’on est là. Alors, si le besoin se fait sentir, contactez-nous pour discuter SEO, et nous vous aiderons à élaborer une stratégie de contenu qui vous apportera les clics escomptés!